Accueil Atelier d'écriture de la Maison du Livre Atelier d’écriture du 15 octobre 2018

Atelier d’écriture du 15 octobre 2018

0
0
94

Aujourd’hui, nous étions chez Lola, que nous remercions, ainsi que ses parents, de nous avoir si bien accueillis !!!

DEVOIR : Nos appareils sont de plus en plus connectés et anticipent nos moindres désirs, sauf qu’il y a des fois où ça ne se passe pas comme prévu… (écrire sur un mode humoristique)

musique

- Je vous explique, Docteur… J’avais connecté hier mon enceinte Bluetooth à mon cerveau, directement en implantant dans mes cheveux une puce à électrodes. Les mélodies ne parvenaient même pas à mes oreilles, je les entendais directement dans ma tête, par télépathie. J’avais créé une liste de musiques à faire passer dans mon cerveau, et au début tout marchait bien. Mais peu de temps après, l’enceinte intelligente s’est mise à rajouter dans la liste des chansons qui me plairaient, pensait-elle. Je me suis retrouvé avec des musiques horribles en boucle dans le crâne tout le week-end ! Mais le pire, c’est que l’autre jour, sans faire exprès évidemment, j’ai cassé la puce !
- Et vous avez tenté de la réparer, ou au moins de l’enlever, je suppose ?
- Croyez-moi, Docteur, j’ai tout essayé : ultrasons à fonction décollante, manivelle de déconnexion dernier cri, tournevis, perceuse, marabout… Rien ne marche !
- Alors pourquoi avoir pris rendez-vous ?
- Parce que, Docteur, vous devez m’aider à ne pas devenir fou… J’ai du Patrick Sébastien dans la tête depuis une semaine… J’entends « Et on fait tourner les serviettes… »
Le patient s’approcha du médecin, le visage figé par la lobotomie constante qu’il subissait.
- « Comme des petites girouettes »…
Il se pencha et attrapa par le col son interlocuteur :
- « Ça nous fait du vent dans les couettes, c’est bête, c’est bête »…
Et finalement, il hurla :
- « Mais c’est bon pour la tête ! »
Et le fou tomba, raide mort d’épuisement.
Loup

domotique

Inès était très très fière de sa maison connectée. Elle avait dépensé une fortune en domotique mais ça valait le coup. Tout y avait été pensé pour anticiper ses moindres désirs. La cafetière était réglée pour se mettre en route exactement deux minutes avant son réveil. Quand elle ouvrait les yeux une bonne odeur de café chaud l’incitait à se lever. Au même moment, les volets roulants s’ouvraient sur le jour nouveau et déverrouillaient toute la maison. Dans la douche, l’eau se réglait seule, en fonction de la température extérieure. Elle n’utilisait plus de serviettes, un séchoir géant la séchait. Pendant ce temps, des tartines grillaient toutes seules et le presse-agrume lui faisait son jus d’orange. Quand elle entrait dans les toilettes, le couvercle s’ouvrait et la chasse d’eau entrait en action quand elle avait terminé. La machine à laver choisissait les programmes en fonction du linge. Il y avait aussi une repasseuse qui repassait et rangeait son linge. Vraiment sa vie était tellement simplifiée depuis qu’elle avait toute cette technologie.
Sauf que… un matin, ce ne fut pas la bonne odeur du café qui la réveilla mais un bruit horrible. Les volets roulants, après avoir tenté de se lever, étaient tombés avec fracas, la laissant enfermée et dans le noir. Elle tenta de regarder l’heure, mais son réveil affichait 3h94 ! Alors, elle décida d’aller à tâtons dans le salon voir sa bonne vieille pendule qu’elle avait failli jeter le mois dernier. Il était 9 h !!! Comment avait-elle pu dormir tout ce temps et surtout, pourquoi son réveil n’avait-il pas sonné ? Elle n’avait aucune réponse. Elle sentit une drôle d’odeur de brûlé et partit en courant vers la cuisine. A peine en eut-elle passé la porte qu’elle reçut ses toasts carbonisés en plein figure. En tournant la tête, elle aperçut un brouillard sortir de la salle de bain. L’eau bouillante coulait de la douche, impossible de l’arrêter sans risquer une brûlure au troisième degré. La machine à laver, quant à était recouverte de mousse qui dégoulinait du hublot. Là, c’en était trop pour elle, alors, elle se mit à hurler, en pleine crise de nerfs, alors que le fer à repasser lui passait entre les jambes à toute allure.
On la découvrit trois jours plus tard, son voisin inquiet de ne pas la voir depuis un moment avait appelé les pompiers. Ces derniers mirent plus de dix heures pour déverrouiller la maison. Il y trouvèrent une femme, complètement hagarde qui n’arrêtait pas de crier : je vais tous les jeter à la poubelle ! Tous ! Plus jamais ça ! Mais ils ne surent jamais de quoi elle parlait.
Fabienne

Exercice : une histoire d’amour impossible entre une goutte de pluie et un rayon de soleil

GOUTTE

Gouttelette venait tout juste de tomber. Une petite ondée rafraichissante par cet après-midi torride de janvier. La nature revivait. Les fleurs relevaient doucement leur corolle et défripaient leurs pétales. Gouttelette se posa sur une feuille d’un vert délicat. A ce moment-là, l’astre du jour darda ses rayons. Gouttelette s’irisa de merveilleuses couleurs. On aurait dit un arc-en-ciel. Jamais de sa courte vie, quelqu’un ne l’avait autant sublimée. Elle se mit alors à adorer ce rayon qui la rendait si belle. Le rayon aima aussi cette petite goutte si jolie. C’est pour cette raison qu’il se cacha bien vite derrière un gros nuage.
Gouttelette fut déçue et l’appela :
-       Rayon, rayon mon amour, vient vite me faire briller de toutes ces couleurs si magiques. Rayon, rayon mon amour, vient vite me réchauffer.
Rayon ne put résister à cet appel et se posa sur Gouttelette. Mais au bout de quelques instants, Gouttelette disparut, asséchée. Rayon alors, pleura des larmes de feu.
Fabienne

Dans sa jeunesse, elle avait été bien frivole, Germaine la goutte de pluie, à se laisser traverser par n’importe quel rayon de soleil. Après, pour s’occuper des petits arcs-en-ciel y’a plus personne ! Elle s’en était rendue compte, si pour faire certaine choses (que je tairai par égard pour votre sensibilité) elle était reine, elle n’était vraiment pas douée en matière d’élevage d’enfants. Ça se dit comme ça ? Bref, peu importe c’est que des gosses.
Elle était décidée à se trouver un partenaire stable, grâce auquel elle pondrait toute une flopée de gamins. Elle se trouva instantanément, de par son reflet éclatant, un mari aussi beau qu’elle : Pierre-Ulysse, le meilleur rayon de soleil que l’astre ait jamais porté. Le jour même de leur rencontre, Pierre-Ulysse traversa Germaine avec une puissance qu’elle n’aurait jamais cru possible. Cela l’encouragea encore plus à fonder un heureux foyer empli d’enfants. Mais bien vite le conflit éclata ; les petits arcs-en-ciel se révélèrent être pour la plupart homosexuels (logique, avec un tel drapeau). Le père dit « Je n’ai pas envie que mes rayonnets se mettent à flirter avec d’autres, ou que tes gouttelettes partent avec quelques unes de leurs semblables ! ». Dépités, les enfants partirent avec leur mère, et ne revirent jamais leur père.
Conclusion : L’amour est plus fort que tout, l’amour est même plus fort que l’amour.
Loup

Exercice : JEU Allo… ici

Trouver des jeux de mots avec les expressions allo et ici
Ex : à l’orange, i citron – à l’opéra, i cinéma

-       A l’auspice, i civière
-       A l’aubergine, i citrouille
-       Halloween, i citrouille
-       A l’obèse, i silhouette
-       A l’obsession, i Sigmund Freud
-       A l’obsession, i schizophrène
-       A l’eau bénite, i signe de croix
-       A l’océan, i Cyracuse
-       A l’eau de pluie, i citerne
-       A l’eau de vie, i cirrhose
-       A l’au-delà, i 6 pieds sous terre
-      A l’au-delà, ici bas
-       A l’eau gazeuse, i citronnade
-       A l’omelette, i ciboulette
-       A l’hôpital, i silence
-       A l’orage, i cyclone
-       A l’optimisme, i sinistrose
-       A l’hostie, i ciboire
-       A l’Australien, i Sibérien
-       A l’automobile, i Citroën
-       A l’obsèques, i cimetière
-       A l’opium, i cigarette
-       A l’ORL, i sinusite
-       A l’ostéopathe, i sciatique
-       A l’autruche, i cigogne
-       A l’orang outang, i simiesque
-       A l’original, ic inédit
-       A lotion, i sirop
-       A l’au feu, i sinistre
-       A l’autographe, i signature
-       A l’Autriche, i Sissi Impératrice
-       A Lolo Ferrari, i silicone
-       A l’oignon, i  ciboulette
-       A l’aux armes, i citoyens
-       A l’eau de Seltz, i syphon
-       A l’Hôtel du Nord, i Simone Signoret
-       A l’Obélix, ic Idéfix
-       A l’opale, i silice
-       A l’oracle, i sibyllin
-       A l’aubépine, i cyprès
-       A l’orateur, i Cicéron
-       A l’orbite, i circulaire
-       A l’Orson Welles, i citizen Kane
-       A l’authentique, i simili
-       A l’au revoir, i signe de la main
-       A ocarina, i cythare
-       A l’eau-de-rose, I thriller
-       A Laurent, i Simon
-      A l’Odette, i Sylvie
-       A l’oignon, I civette
-       A l’oseille, I ciboulette
-       A l’horrible, i sinistre
-       A Logan, i Cyprien
-       A l’organe, i sida
-       A l’orée du bois, i cyprès
-       A l’odeur, i cigare
-       A l’omega, i sigma
-       A losange, i simétrique
-       A l’homicide, i sirène
-       Allopécie, i ciseaux
-       A l’OPT, i siri
-       A l’obsédé, i cyber harcèlement
-       A l’orifice, i cystite
-       A loriquet, i sifflet
-       A l’autoroute, i cyclomoteur
-       A l’orient, i Sidi brahim
-       A l’ONU, i Syrie
-       A l’obsédé, i syphonné
-       A l’occlusion intestinale, i situation délicate
-      A l’onirique, ic illusion
-       A l’orgie, i cyprine
-       A l’orgasme, i simulation
Et juste un petit pour la route : A l’Omar, i Sy !!!!

EMO

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par joie55
Charger d'autres écrits dans Atelier d'écriture de la Maison du Livre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Atelier du 11 novembre 2019

DEVOIR : un sandwich Elle ouvrit le tiroir du haut… Elle avait appuyé sur le bouton …