Accueil Non classé Atelier d’écriture du 23 avril 2018

Atelier d’écriture du 23 avril 2018

0
0
81

DEVOIR : Un nombre pair se moque d’un nombre premier

nombres premiers

Ils ne savaient plus trop comment ils en étaient arrivés là. Ce qui est certain, c’est que c’est un nombre pair, le 12 exactement, qui avait commencé à se moquer du 13.
-       Vous, les nombres premiers, vous n’êtes pas sociables, vous vous suffisez à vous-mêmes, vous n’aimez personne.
-       C’est faux répondit le 13 qui, au ton du 12 s’était senti agressé.
-       Les nombres premiers, ça ne devrait même pas exister, ça ne sert à rien, surtout toi. D’ailleurs, ça commence… Tu as remarqué qu’il y a de moins en moins de treizième étage dans les hôtels ? Et puis 13, ça représente la félonie, comme Judas, le 13ème apôtre. Ou la prétention, comme Philippe II de Macédoine qui ajouta sa statue à celles des douze dieux déjà existants. Pour le punir, il a été tué peu après, bien fait pour lui.
-       Mais c’est de la mauvaise foi ! Combien de gens estiment-ils qu’un vendredi 13 leur portera bonheur ? C’est aussi toujours un 13 du mois que la Vierge est apparu en 1981 aux trois bergers de Fatima.
-       Ce n’est pas un hasard non plus si la 13ème carte au tarot est la Mort !!! Encore et toujours du malheur !!  Non, décidément, tu ne mérites pas de vivre. Alors que moi, je représente un cycle accompli. Il y a bien 12 mois dans l’année, 12 heures de jour et 12 heures de nuit, 12 signes du zodiaques, 12 dieux dans l’Olympe, 12 tribus d’Israël, 12 travaux d’Hercule… Tiens, dans la mythologie chrétienne, je suis même considéré comme un « nombre saint ».

Le petit 13 était parti, les larmes aux yeux. Il avait raconté sa mésaventure aux grands nombres premiers qui, tout de suite avaient pris la mouche. Le grand chef, le 1 déclara :
-       Mais pour qui ils se prennent ces « pairs », qui ne savent rien faire tout seuls, même se diviser. Ça ne va pas en rester là !
De fil en aiguille, l’affaire avait dégénéré. A vivre aussi nombreux dans un espace aussi exigu et une telle promiscuité que la tête d’un matheux, il fallait bien qu’un jour on en arrive à une guerre.
Ils s’étaient donc donné rendez-vous aux aurores, sur une feuille vierge, laissant les plus faibles et les malades de côté. Les deux parties avaient demandé au 0, neutre par excellence, d’arbitrer le conflit.
Les impairs, étaient mal à l’aise et effrayés. Ils voyaient déjà leur fin proche car ils pensaient qu’ils étaient moins nombreux. Alors le 1 les harangua, leur disant qu’il ne fallait pas avoir peur de ce qu’on est, que chacun d’entre eux avait son utilité, que tout le monde avait droit à la différence, puis il murmura :
-       N’ayez pas peur, mes frères, vous allez voir, je leur réserve une surprise de taille.
Du côté des pairs, le 2 s’était tout naturellement auto-nommé chef.
-       Mes frères, nous allons gagner cette bataille et nous serons définitivement débarrassés de cette mauvaise engeance.
Les pairs étaient confiants, ils pensaient qu’ils avaient le bon droit et les croyances de leur côté. Vaniteux et s’estimant invincibles, ils regardaient leurs adversaires droit dans les yeux.
Le 1 s’avança au milieu des deux armées et demanda la parole au 0. Les pairs commencèrent à se gausser, pensant que le 1 allait demander grâce pour les siens, avant même d’avoir combattu. Il demanda le silence puis articula d’une voix forte :
-       Le 2, tu dois venir à nos côtés car tu es toi-même un nombre premier !
Le 2 se mit à rire à gorge déployée, puis rit jaune, puis s’étrangla…
-       Comment peux-tu dire ça ? Tu vois bien que par essence même, je suis le chiffre pair essentiel !
-       Un nombre premier est un nombre qui ne peut se diviser que par 1 ou par lui-même, exactement comme toi !!! récita de sa voix forte le 1.
Ce que le 0 confirma. Cette nouvelle anéantit à tout jamais les nombres pairs.
Fabienne

Pair VS Premier

Elle prend sa plume, la trempe dans l’encrier. Depuis quand écrivait-elle à l’encre rouge ? De tout temps se plut-elle à penser. De tous temps s’appliquait aussi. C’est le calame de sang. Celui de la correction. Tous les sens de ce mot s’appliquent. Amender, rectifier, tancer et pourquoi pas châtier, fesser et aussi guérir. Tel est son devoir.
Son nom de nombre vous l’allez deviner. Il est masculin et invariable. Certes avec des exceptions mais il lui faut se mettre en quatre, pour  une huitaine. Elle représente l’excellence. Un pair. Un Pair, l’égal des rois. Un Pair de France,  quitte à se prendre pour Victor Hugo, elle, la littéraire !
Depuis quelques mois, pour son travail de critique sémantique elle s’est attaquée, c’est le mot, à une sous-espèce arrogante. Quelques collègues du même genre qu’elle mais pas de la même classe. Les nombres auto-proclamés premiers, non mais, quel culot ! Cela prendra du temps car leur ensemble va de 2 à l’infini. Mais quand le vin est tiré… En tout cas, ces gens là sont tous des impairs, sauf l’initial, qui n’est pas même numéro un !
Aujourd’hui l’assaut est donné au vingt-sixième d’entre eux : le cent un.
Un nombre palindrome mais presque, aurait dit Coluche. Sa forme évoque une danseuse accroupie vue de dos avec les deux jambes verticales et un gros derrière au milieu. Il se prétend nombre premier unique avec une période d’expansion décimale de quatre. Quel fatras, charabia, galimatias. Et il se dit seul dans son cas. Un cas difficile, oui !
Il a trouvé son jumeau : 103, nombre premier voisin avec le plus petit écart possible. Ils sont une infinité de jumeaux dans ce cas. Alors que moi, je suis un nombre tétraédrique, le nombre de côtés d’un icosagone, n’est-il pas ! Vous savez ce qu’il m’a répondu, ce scientiste abscons : « tout nombre pair, toi par exemple, est égal à la différence de deux nombres premiers consécutifs d’une infinité de manières : la conjecture de Polignac ». Je t’en ferai des manières. Mon conseil : un bon psy.
Et voilà pas qu’il a aussi un nombre premier cousin. C’est 97 puisqu’ils diffèrent de quatre. Et alors, que moi je représente en degrés l’angle idéal pour faire des ricochets en calme plat. Beaucoup plus poétique, non !
Pour me séduire, il m’a présenté 107 son nombre premier sexy (avec un écart de six). Palsambleu ! En physique, je suis un nombre magique. Un des plus hauts degrés de stabilité d’un noyau. De calcium par exemple. « Cela veut dire que tu t’en tiens une sacrée couche, inébranlable » ricana-t-il.
Mais, moi Môssieu 101, mon système vicésimal date de l’âge des cavernes et persiste de nos jours. Chez les basques et les yorubas, pas exemple. Puisque depuis Lucy, on compte sur ses doigts.
Vous m’avez identifiée ? Vos efforts n’ont pas été vains. Oui je suis le nombre de dents de lait d’un humain. Puisque vous avez trouvé, peut-être depuis le début, je vous donne vingt sur vingt !
Bertrand

Un douze toisait un treize :
–      J’appartiens à l’immense famille des nombres pairs et toi, pfff…un nombre premier, une minorité !
–      Une minorité oui, mais combien rare et originale ! Nous ne nous laissons pas diviser par n’importe qui, nous, seulement par nous-mêmes et un, tandis que vous ! Tiens toi, par exemple, on te divise par deux, ça fait 6, par trois, ça fait 4, par 4 ça fait 3, par 6 ça fait deux… Et tu te laisses faire. C’est dégoutant !
–      Oh, je sais bien ce que je pourrais te répondre : il en faut deux comme vous pour faire un nombre pair : par exemple toi et ton confrère le 17, je vous additionne et hop, je trouve 20, un nombre pair ! Alors, tu fais moins le fier ?
–      Mais moi aussi je fais partie d’une grande confrérie égale à la tienne, celle des nombres impairs. Bon, supposons qu’on se marie toi et moi…
–      Oh ! Fit 12 en rougissant
–      Et bien notre enfant, 25, impair, entrerait dans ma famille ! Tu réponds quoi, là ?
–      Qu’on est bien bêtes de se disputer… De toutes façons, on est tous les deux utilisés, manipulés, additionnés, soustraits, multipliés et divisés par les humains : si on doit se révolter, c’est contre eux
–      Voilà qui est bien dit : prenons la tête d’une grande manifestation : liberté pour les chiffres et les nombres, nous voulons notre indépendance, notre devise et notre drapeau ! A bas nos oppresseurs ! A bas les humains !
–      On a des chances de gagner, tu crois ?
–      Je ne sais pas, mais c’est très tendance ce genre de révolte… On est dans le sens de l’histoire, en marche !
Huguette

Dans le vaisseau 476X9zu30 de la fédération des planètes, le nombre Julien Trazzyth est le père du beau petit Ronan Trazzyth. Les chiffres de son service, ses collègues les lettres, et même les mots commandant le vaisseau, tous l’on félicité. Avec son fils et sa femme, Liphynie Maqusieth, il a fondé une formidable famille. Mais maintenant que son fils a grandi, il est très talentueux, au point que son père est jaloux de lui. Il râle sans arrêt en disant « Quand j’étais jeune la vie était bien plus dure… Moi je jouais avec les phalanges de mes copains morts à la guerre ! C’était la crise économique de 2629 ! » Au fur et à mesure, le petit prodige a grimpé les échelons, il est passé nombre premier, puis mot court, mot long, phrase, nouvelle, et au final, il est arrivé au poste suprême de grand roman. La jalousie de son père a muté en haine, haine qui l’aura finalement poussé à assassiner sa progéniture, la chair de sa chair, le sang de son sang, à l’aide d’un battoir à œufs lors d’une réunion de famille. Conclusion : Faites attention à vos amis, mais encore plus à votre famille ! Celle-là, on ne la choisit pas !
Loup


Exercice
 : Le facteur sonne toujours 2 fois

images

Dans les années 50, on vous aurait dit : « c’est normal ».
Dans les années 90, on vous aurait dit : « Non, qu’une seule fois normalement ».
Dans l’année 2018, on vous dit : « S’il passe déjà une fois, t’es bien chanceux, mon bonhomme ! ».
Et en 2020, on vous dira sûrement : « Ne restez pas là ! Les extrémistes pro-trumpistes sont en pleine escarmouche avec ceux de Kim-Jong-Un ! ».
Et en 2030, on vous dira certainement : « C’est quoi un facteur ? ».
Et en 2100, on vous dira sans aucun doute : « Je n’ai pas de temps à perdre avec vos histoires sans queue ni tête ! Sécurité ! » .
Et en 2200, on vous dira assurément : « Xaqetgdhftklhk;kngdfghc ? Oh, pardon, le département « Humains » est par là-bas ! ».
En 2300, personne ne vous dira rien, car l’élévation du niveau des eaux a noyé la planète et ses habitants.
En 4000, personne ne vous dira rien car la température en constante augmentation est montée au-dessus des 100°C et les océans se sont évaporés.
En 1 000 000, le soleil aura consommé tout son hydrogène et aura grossi à 200 fois sa taille, englobant toutes les planètes jusqu’à Mars.
Dans des milliards et des milliards d’années, l’univers
sera mort.Alors lisez vite cette lettre tant que vous le pouvez !
Loup

La sonnette retentit, trois petits coups légers. Effrayée, Lisa fit tomber l’assiette qu’elle lavait. Elle se fracassa sur le carrelage de la cuisine. Du fond de son lit où il couvait une bonne grippe, Sam lui dit :
-       Mais qu’as-tu encore cassé ? Va ouvrir ma chérie, ce doit être le facteur !
-       Mais non, mon chéri, tu sais bien que le facteur sonne toujours deux fois, ce doit être une erreur…
-       Eh bien, va ouvrir quand même et nous serons fixés !
Lisa, tremblante, se dirigea vers la porte d’entrée. Elle avait une mauvaise intuition, très mauvaise, même…
Et bien sûr, quand elle ouvrit, elle vit Edward, son voisin de palier. Le grand et beau et musclé et souriant Edward.
Du fond de la chambre, le presque moribond tenta de crier :
-       Alors, c’est qui ?
Edward, pour le coup, s’était arrêté de sourire, surpris. Il venait voir Lisa tous les matins, après le départ de son cher mari pour le bureau. De l’entendre là, dans l’appartement, lui avait coupé tous ses effets.
-       Ce… ce n’est rien… mon… chéri… juste une… erreur
Lisa fit signe à Edward de s’en aller, mais celui-ci, le regard mauvais poussa la porte et entra.
-       Une erreur ? Et ça arrive souvent quand je ne suis pas là ?
-       De temps en temps, mon chéri, tu sais avec tous ces nouveaux locataires…
-       Je parie que c’est encore une gourgandine pour le voisin d’à côté ! Tu ne peux pas imaginer toutes les filles qui viennent le voir… Je me demande ce qu’elles lui trouvent d’ailleurs
Lisa savait bien ce qu’elles lui trouvaient… Mais au fait, il en recevait beaucoup des filles chez lui ? Il faudrait qu’elle mette ça au clair avec lui… plus tard.
Elle se dirigea vers la chambre, Edward sur ses pas.
Quand elle franchit le seuil,  Sam, surpris, demanda :
-       Mais qu’est-ce qu’il fait là, celui-là ?
Il n’eut pas le temps d’en dire plus.
A ce moment-là, la sonnette retentit deux fois…
Fabienne


Exercice
 : une révolte minuscule

lettres

Elles étaient toutes en émoi… Voilà déjà plusieurs jours qu’elles n’étaient pas sorties… Des rumeurs les plus folles circulaient : à partir de maintenant, elle ne serviraient plus, et comme elles n’auraient plus aucune utilité, elles devraient disparaître. Aussi ce matin-là, quand Jeannette, la maitresse d’école arriva et écrivit à nouveau en majuscules sur ton tableau noir pour la troisième fois consécutives, toutes les minuscules se révoltèrent.
Fabienne

repas-famille

Aujourd’hui, le petit Charles-Edmond-François-Jacques-Hubert De La Marche a commis un crime dont personne, pas même le bon Dieu qui pourtant, sait tout et observe tout, ne se serait douté. Lors du repas de famille, où mère, père, sœur, frère, et grands-parents avaient soupé et comméré ensemble, il avait osé, oui Madame, osé prendre le sel sans la permission ! Rapporta Marie-Louise-Jacqueline-Honorine-Germaine à Suzon-Jeanette-Gertrude-Lucienne-Camille.
- Impensable ! Articula l’autre jeune fille. Un garçon de si bonne famille ! Je n’imagine pas la punition que cet outrecuidant garnement a subi !
Loup

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par joie55
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Atelier d’écriture du 26 avril 2021

Exercice 1 :  mon père était un épais brouillard, ma mère une pluie fine, mon grand frère …